mercredi 22 et jeudi 23 mai 2019

« L’argumentation, une pratique multiforme ? », coordination Manuel Bächtold.

Organisées chaque année depuis 2012 à l’Université de Montpellier, les Journées Épistémologie ont pour objectif de développer la réflexion épistémologique sur les pratiques de recherche, d’enseignement et de communication. Après deux premières éditions visant à introduire le domaine de l’épistémologie de façon générale, les journées se sont centrées sur des thématiques spécifiques : sur les relations entre l’épistémologie et la didactique des sciences, sur la lumière et le rôle des modèles en sciences, ou encore sur la notion de complexité. La prochaine édition prévue en 2019 portera sur l’argumentation.

Lorsque l’on parle d’argumentation, il est courant de penser aux discours des politiciens ou des juristes, lesquels cherchent à convaincre leurs auditoires. Pourtant, l’argumentation se trouve également au cœur de nombreuses autres pratiques sociales, en particulier des pratiques scientifiques. Lorsqu’ils développent de nouveaux modèles ou de nouvelles théories, les chercheurs s’engagent dans un processus argumentatif de justification, d’évaluation et de critique des hypothèses avancées. Étudier l’argumentation en sciences revient alors à porter l’attention sur les processus de construction des connaissances plutôt que sur le statut des connaissances déjà stabilisées. Ces processus sont le lieu de l’articulation entre la théorie et l’expérience en sciences expérimentales, ou entre l’exploration de conjectures et la preuve en mathématiques. Ils sont également le lieu d’interactions sociales complexes se jouant sur le plan discursif. L’argumentation apparaît comme une pratique sociale transversale, qui se retrouve dans des domaines aussi variés que le droit, les sciences expérimentales, les mathématiques ou les sciences du langage. Certes, les contenus sur lesquels porte l’argumentation diffèrent d’un domaine à l’autre. Il en va de même pour les visées de l’argumentation. Au-delà de ces différences manifestes, peut-on identifier des disparités plus profondes qui conduiraient à parler de plusieurs « formes » d’argumentation ? À l’inverse, peut-on identifier des caractéristiques communes qui tendraient à nous faire voir l’argumentation comme un mode d’exercice universel de la pensée humaine ? Ces Journées Épistémologie consacrées à l’argumentation entendent explorer ces questions dans une perspective comparatiste en croisant les regards épistémologiques portés sur l’argumentation dans une pluralité de domaines : en sciences du langage, en sciences expérimentales, en mathématiques et en droit. L’objectif est ainsi de mieux cerner les formes et les fonctions possibles de l’argumentation dans ces différents domaines.

Ces Journées Épistémologie sur l’argumentation auront lieu les 22 et 23 mai 2019. Elles seront organisées autour de 4 conférences, d’un atelier de débat numérique, d’une session de communications par affiches et d’une table ronde.

Plus d’infos sur la page dédiée : https://descire-fds.edu.umontpellier.fr/journee-depistemologie/

Jean Jaurès, sculture de F. Cacheux – Photo : S. Modeste